Il n’y a de plus doux regard
Que celui d’un cœur respectable

Quand on sait qu’on perd ceux qu’on aime
A ne pouvoir les regarder
Que la tendresse est souveraine
Dès que l’amour est oublié

Que dans le froid et les rengaines
Les sangs se glacent et s’entrechoquent
Alors que dès qu’un cœur bat fort
Il suffit d’amour réciproque

Pour que l’envie prenne le dessus
Et que le souffle de nos rêves
S’engouffre dessous de nos corps
Qui d’enthousiasme, se soulèvent

Pour reprendre nos bras courage
Et les ravir d’inspiration
Se relever de nos ombrages
Et reprendre nos perfections

Avoir quinze ans, les yeux sauvage
L’esprit fougueux et invincible

Qu’adviendrait-il de nos jours bleus
Si potentialisé d’amour
Il s’ajoutait aux bienheureux
L’équitable breuvage pour
Qui il suffirait de si peu
Du respect subtil et précieux

Infime bienveillante écoute
Qui quand elle manque crée la déroute
Dans la dérive émet le doute
En équilibre ouvre la route
Et en duo chante l’absoute

???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :