Quand une pause s’impose… vient le temps de la désunion

Quand les esprits se toisent à force de se résister
Les yeux sont aveuglés, empêchant « les sens/l’essence » de jouir
D’un côté, l’âme attend, patiente de nos heurts
Et de l’autre l’égo se contraint de « douleur/doux leurres »

Lourd de nos impatiences, fatigué du lutter
Le jour où tout est prêt, le cœur se fait silence
Les yeux s’ouvrent vraiment et dans l’acceptation
C’est un nouveau présent qui s’esquisse devant

On ne voit plus pareil et cette belle chance
Dont on rêvait sans fin, apparaît pour de bon
Quand on y croit vraiment, c’est en abandonnant
Que se transforme en « Vrai », ce qui semblait néant

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :